Baromètre de l’artisanat : focus sur la création d’entreprise !

En 2017, un entrepreneur français sur 4 a créé son entreprise dans l’artisanat : selon la dernière édition du Baromètre de l’artisanat, récemment publié par l’Institut supérieur des métiers (ISM) avec le soutien de la Maaf, la dynamique entrepreneuriale se révèle stable pour la 3 année consécutive (+1 % par rapport à 2016). Pas moins de 155 200 entreprises artisanales ont ainsi vu le jour en 2017, le secteur le plus attractif étant de nouveau celui des activités de services, avec un nombre d’installations en hausse de 4 %.

Avec 11 360 nouvelles créations (+13 % par rapport à 2016), c’est l’activité de taxi/voiture de transport avec chauffeur (VTC) qui s’impose en tant que première activité artisanale d’installation en 2017 ; un phénomène toutefois très concentré sur la région parisienne. En outre, si les créations progressent dans le domaine du nettoyage des bâtiments (9 510 créations, +12 % par rapport à 2016), les activités du BTP – accueillant traditionnellement un grand nombre de créateurs – affichent, quant à elles, une légère baisse d’attractivité (-2 % en 2017).

En observant l’évolution du tissu artisanal dans son ensemble, l’ISM constate, par ailleurs, une adaptation permanente aux tendances du marché. Les entrepreneurs artisans sont, en effet, nombreux à avoir investi les marchés en croissance, tels que l’économie verte, l’alimentation locale, les services sur-mesure, le bien-être, mais aussi les services aux entreprises et le numérique. Une mutation importante, expliquant également la récente résurgence de certains métiers de niche (comme, par exemple, la fabrication de bière artisanale).

Au-delà des secteurs privilégiés, les formes d’installation choisies par les créateurs témoignent également d’une évolution importante au fil des années. Si, en 2017, 2/3 d’entre eux ont fait le choix de lancer leur activité sous forme d’entreprise individuelle (l’équivalent de 98 590 créations), le nombre de micro-entrepreneurs a, quant à lui, baissé pour la 3 année consécutive. Ne représentant plus que 40 % des entreprises individuelles créées en 2017, il atteint ainsi le niveau le plus bas depuis la mise en place du régime en 2009.

Pour en savoir plus et consulter des données complémentaires, rendez-vous sur :

Quelles sont les activités les plus plébiscitées ?Le régime micro-entrepreneur a moins la cote

Stéfanie Molter